Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marina B.

Présence Modèle

17 Juin 2013 , Rédigé par Bogdanova Marina Publié dans #Histoire de Femme, #Art, #Histoires

Présence Modèle

« PRÉSENCE MODÈLE »

Dimanche je suis allée pour la première fois à un atelier du dessin de nu. Une amie artiste-peintre les organise dans son studio. J’étais assez intimidée car c’était la première fois que j’allais à ce type d’atelier, et je savais qu’il y aura des artistes-peintre expérimentés, amateurs ou pro’’, et je ne savais pas du tout comment j’allais me sentir là-dedans : entourée des « spécialistes » et un modèle nu au milieu (sur cette séance c’était une jeune femme, mais ils font venir des modèles masculins aussi).

Je me disais : « Et si je suis mal à l’aise ? Et si je n’y arrive pas du tout, à la dessiner ?? Et si je ne tiens pas les presque 3 heures d’atelier, je peux partir avant la fin ?? » Bref, une légère appréhension, quoi… .

ET …. : Ça a été une des atmosphères les plus ZEN et lumineuses, que j’ai pu voir de toute ma vie. Et pas seulement voir, mais y être. Une révélation.

La jeune femme, le modèle, quand je l’ai vu - d’abord habillée – était … « normale » : pas une bombe, pas un « mannequin qui se la raconte », pas une beauté fatale aux jambes interminables, rien de tout ça. Juste une jeune femme au physique et visage agréables.

Mais quand elle s’est déshabillée derrière un rideau et pris place au milieu des « dessinateurs », je me suis dite : « Wow … !!! ».

Il y avait une présence difficile à décrire dans son corps et dans ce qu’elle faisait. Son corps était son instrument, et j’avais l’impression qu’elle remplissait la pièce par ce qui émanait d’elle. Alors que c’était juste un « petit bout de jeune-femme ». Le choc ! Elle prenait des pauses naturelles, assez simples – on avait l’impression –, mais elle savait exactement ce qu’elle faisait. Et chaque muscle, chaque courbe, chaque pli de son corps remplissaient un volume, diffusaient une énergie particulière.

Je savais ce que c’est qu’une présence face à un appareil photo, dans un « face à face », sur une scène, dans une danse. Mais une présence silencieuse d’un modèle nu – je découvrais. En plus, il régnait un silence quasi-religieux dans le studio, juste des légers bruits des crayons, des pinceaux, des craies… . Chacun pouvait dessiner avec ce qu’il voulait comme outil !

J’ai été enchantée, et ma copine peintre m’avait dis après : « Je suis ravie, parce que ils-elles (les modèles) ne sont pas tous comme ça !! » Ah oui, elle m’avait rassuré : il me semblait bien que j’avais assisté à quelque chose d’exceptionnelle.

……………….

Et puis, comme c’était un dimanche, après l’atelier, on s’est assis dans le jardin et on a bu du vin blanc, et il faisait beau, et la vie était belle. Et je recommence bientôt, c’est sûr !!

Bizz ‘’’

M.B.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article