Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marina B.

The Summer Side of South

8 Juillet 2014 , Rédigé par MarinaB. Publié dans #LifeStyle, #Voyages, #Carnet d'Adresses, #Histoires

la ville de Hyères, Provence

la ville de Hyères, Provence

Il y a une frontière visible et à la fois invisible à cet endroit. Quand on la franchit, même les yeux fermés, on sent qu’on change d’époque, de dimension, d’air et d’ère.

Voir l’invisible et sentir au toucher ce qui est là : la vieille ville. « La ville médiévale ».

Les pierres, le jaune, le bleu, le rouge, le mauve, le violet, l’ocre, les pavés, les vieilles portes en bois, les passages voutés, les ruelles qui grimpent, les pierres qui glissent sous la semelle, les bougainvilliers et les vignes, les branches des fleurs qui poussent à même les murs, l’ombre – les rues sont étroites, soudain une petite place, de l’eau qui coulent, des lavoirs, quartier des savonniers, un jardin sur les hauteurs à s’enivrer, à se noyer dans un passé sans temps qui vit sa vie présente, encore une, parmi tant d’autres.

C’est comme un microcosme, un univers entier – chaque pierre garde en lui une mémoire des siècles de souffles, de passages, de toucher, de rire, de rencontres, de larmes surement aussi. Cette ville est « habitée ». Par ceux qui y sont, certes, mais aussi par ceux qui y étaient. Son âme m’entoure, me prends dans ses bras, je sens ses mains autour de mes épaules et son souffle sur ma joue.

Dans la petite rue pavée, juste en bas, je rencontre des personnages mystiques. Qui sont venus d’ailleurs, mais comment est-ce que j’ai fait pour me retrouver à croiser leurs chemins ?

Il y a une Dame : elle est née dans cette rue. Puis, elle a vécu sa vie de femme, ailleurs, dans une maison. Puis, il y a quelques années, elle est revenue dans « sa » rue. Entre son « chez elle » et la ruelle – il y a un pas. Mais pas de frontière. Une tables et des chaises en fer forgé et en bambou, ornés des fleurs magnifique, des petits mots sur des ardoises, des affaires posées sur une table – des vêtements, des foulards : on peut les prendre, c’est pour nous. On lui amène nos affaires qu’on a envie de donner et on peut en prendre d’autres - c’est là. Elle est comme un point d’ancrage, la rue tourne autour d’elle. Tout le monde la connait et elle connait tout le monde. Des enfants viennent jouer autour. Elle est comme eux : une âme d’enfant. Elle est Présence, bien ancrée en elle –même et en cette rue avec toutes ses racines. La Bienveillance.

Une porte juste à coté. Un Monsieur aux cheveux blancs. Toujours coiffé d’un chapeau (un panama). Quel âge a-t-il ? 70 ans ? 75 ? J’ignore. Le temps s’est arrêté. Il est grand, mince, élancé, très élégant. Des yeux qui percent. Costume. Clair. Écharpe ou foulard. Rouge. Chapeau. Blanc. Une canne à la main ou un parapluie, mais juste pour rajouter de la nonchalance à la démarche : pas besoin de s'y appuyer, car il ne marche pas : il vole. Un être d’éther. Il est toujours là, on peut le voir passer et revenir, toujours des objets insolites à la main, qu’il rapporte d’un peu partout. Qu’il récupère, qu’il collectionne. Pour en faire quelque chose - il dit. Mais quoi ? Il est comme un personnage d’Alice au pays des merveilles : il est là sans être là. Comme une présence presque invisible, impalpable, translucide. Il est beau (il a du l’être encore plus…). Il est Contemplation.

  • Vous avez quelque chose d’étrange - me dit il - mais j’ai encore du mal à saisir quoi exactement. Vous me faites rire…
  • C’est bien, j’aime faire rire
  • Oui, mais, vous savez – j’ai quelque chose de spécial dans ma tête… je suis un peu … vous voyez... ? Un peu particulier…
  • On l’est tous, chacun à notre manière, il me semble
  • Oui, mais moi un peu plus que la normal… A qui vous me faites penser ? Vous ressemblez à …
  • A moi, ça me suffit
  • Bien sur…

Et il s’envole.

Le monde entier est dans ces rencontres. Comment est-ce que j’ai fait pour me retrouver au milieu de ces personnages ? J’ignore. Mais c’est une chance. Une vraie. Cette dimension « hors-temps ».

« Vous avez quelque chose d’étrange… »

« Oui, Merci… »

M.

The Summer Side of South

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article